Entrer votre recherche

INTERVIEW : “Joïkka cherche a décomplexer et moderniser la joaillerie”

Partager

S’orner de bijoux luxueux est un rêve accessible. Synonyme de créations uniques et de matériaux d’exception, la joaillerie applique également son savoir-faire dans des pièces à prix plus doux. Une marque se démarque en particulier et fait figure de sésame d’entrée dans l’univers des bijoux précieux à prix accessible  : Joïkka. Né de la rencontre entre Alexandre Murat, expert en joaillerie en ligne depuis 10 ans et Diana Bitton, créatrice de bijoux, Joikka rassemble l’élégance et le prestige des bijoux précieux à l’accessibilité vers le grand public. Rencontre.

Pourquoi “Joïkka” ?

Joïkka c’est la joie ! “Joï” pour la joie et “Kka” pour les carats des diamants et le poids de l’or !

Racontez-nous la naissance de Joïkka ?

Joïkka est une maison de joaillerie accessible, à l’univers poétique et intemporel, qui se traduit par la finesse de ses créations. Joïkka est née de la rencontre entre Alexandre Murat et Diana Bitton. Notre binôme, féru d’esthétisme, rêvait de rendre accessible la joaillerie à toutes les femmes.

Pourquoi avez-vous décidé de rendre la joaillerie de luxe accessible ? 

Il n’existe pas aujourd’hui de marque qui puisse combiner à la fois l’aspect mode et tendance avec un prix accessible  Pour cela, nous avons éliminer trois barrières qui font que chaque joailler doit effectivement rajouter de la marge : peu de stock, pas d’intermédiaire et pas de boutique ! Cela permet ainsi de réduire un certain nombre de cout et de presenter au client un prix plus attractif.

Où peut-on trouver les bijoux Joïkka ? 

Les collections Joïkka sont vendues en ligne ici et respectent les codes du luxe tout en offrant des bijoux accessibles à partir de 100 euros. Chaque mois le site s’enrichi de nouveautés pour coller aux tendances actuelles. Un showroom parisien permet le “touch and feel” et est également un point possible de recuperations des achats en ligne.

Que cherchez-vous à transmettre dans vos bijoux ?

On cherche a décomplexer et moderniser la joaillerie en invitant cette tendance dans le quotidien de chacun. L’idée est de ne plus avoir peur d’accessoiriser ses tenues pour travailler mais au contraire de jouer avec et d’apporter une touche à la fois chic et personnelle !  Il est important tester, de mixer, d’accumuler les différentes matières qui inspirent tous les jours jusqu’à trouver l’harmonie parfaite et ainsi le bijou idéal.

Le premier bijoux que vous avez crée ?

La collection Amber. J’étais sur une direction très géométrique et minimaliste lorsque j’ai commencé à dessiner les bijoux pour Joïkka. Dans les premieres collections se côtoient des bijoux aux lignes clasiques

Comment êtes-vous arrivés au monde du bijoux ?

Diana : Après avoir créer un magazine de mode en ligne en tant que graphiste, j’ai voulu créer une marque dans sa globalité. J’ai par la suite créer la marque Libertie is My religion car j’ai aimé l’image que peut renvoyer une marque. J’ai travaillé de façon très transversale sur son identité. C’est vraiment la raison pour laquelle j’ai eu eu envie de laisser tomber le graphisme et de prendre un projet encore plus en main. Par la suite j’ai arrêté Libertie is my Religion car malgré tous mes efforts je ne suis pas gestionnaire.

Alexandre : L’étape zéro d’un projet et c’est la plus difficile c’est “trouver le bon associé”. L’association de Diana et moi-même sonnait comme une évidence pour les différentes experiences et expertises que l’on pouvait s’apporter l’un à l’autre.

Les sources d’inspiration ?

Diana : Mes sources d’inspirations évoluent énormément entre la premiere collection et la dernière. Nous travaillons dans une stratégie qui ne nous permet pas de faire de l’artisanat, j’essaie tant bien que mal de créer des moules qui s’approchent de modèles fait main.

Alexandre : On a essayé au depart de créer des univers : Il s’agit de 5 directions différentes et univers différents de la marque. On a voulu casser les codes des grandes maisons de joaillerie. Certes avec un dénominateur commun : notre coté minimaliste et fin, pour que les gens puissent trouver un peu de tout pour ne pas les décevoir. Il fallait que le choix soit varié

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Parce qu’on a envie de vous gâter encore plus à Noël ! -20% sur les bagues et boucles d’oreilles Amber avec le code AMBER20 . #JoïkkaSpirit #JoïkkaParis

Une publication partagée par Joïkka.paris (@joikka.paris) le

Vous n’aviez pas peur du Online ? 

Absolument pas. Lorsque j’ai commencé dans le monde de la joaillerie en 2005 avec Adamence, l’accueil est totalement différentes. Autrefois c’était compliqué d’acheter un diamant sur internet, aujourd’hui ca l’est beaucoup moins. C’est même devenu commun.  Nous avons pris le projet comme une belle opportunité !

Le mantra ?

« Créer des bijoux qu’on ne quitte plus »

Auriez-vous une anecdote à nous raconter depuis le debut de l’aventure Joïkka ? 

Un client qui est venu avec sa compagne au show-room pour lui acheter un cadeau. Nous demandons toujours l’occasion d’achat. La femme répond « pour une naissance », et l’homme répond dans la
foulée « non, c’est pour une demande en mariage ». Surprise totale de la cliente, qui s’aperçoit donc que son compagnon venait de la demander en mariage ! Elle fonds en larmes, et la conseillère client de Joïkka aussi ! Histoire véridique.