La maison Didit Hediprasteyo a investi la Cité de l’architecture et du Patrimoine à Paris le 26 janvier pour présenter sa collection couture printemps-été 2017. Un lieu approprié pour le couturier adepte de silhouettes graphiques et structurées. Pour sa collection, Didit Hediprasteyo révèle la simplicité pour mieux exprimer la quintessence du mode de vie couture : ce désir d’un artisanat d’exception au lieu de confection compliquée…

Un mouvement urbain émane la collection Didit Hediprasteyo Printemps-été 2017

Coupes vives et sans artifice, Didit Hediprasteyo signe une fois de plus sa collection par son jeu de matières et sa maitrise des coupes asymétriques. La peau se laisse entrevoir pour mieux exprimer la sensualité d’aujourd’hui, le velours et le cuir présents sur l’ensemble de la collection du créateur transmettent une impression tactile et les robes fluides et légères coulent le long des silhouettes longilignes.

Cette année, le corset habillent les robes simples et fluides et devient le motif imparable pour délimiter les formes de la femmes et offrir davantage de structure à des coupes élégantes. Le corset quitte les costumes d’époques et les soirées coquines pour se retrouver sur les catwalks. Et si la tendance nous branche, elle se corse lorsqu’il s’agit de l’adopter. Mais Didit Hediprasteyo nous offre une leçon de mode pour savoir comment le porter en toute élégance. Le vinyl offre une touche sophistiquée à la construction d’une veste ou d’une robe asymétrique imaginée par le talentueux couturier.

Le collant résille haute couture

Et réminiscence des années 90, Didit Hediprasteyo ajoute une touche rock’n roll avec les collants résille. Autrefois assimilé au mouvement punk et gothique puis à la vibe bling bling des années 2000, cette tendance sulfureuse avait sombré dans l’oubli, pour le bien de tous… C’était sans compter un revival inattendu. Et contre toute attente, on succombe et on adhère à cette renaissance fashion. Merci Didit Hediprasteyo.