Le 23 janvier, Yumi Katsura présentait sa collection Haute Couture 2017 au cœur de l’Opéra, dans le fabuleux hôtel Intercontinental à Paris. Dans la salle au ton résolument Napoléon III, entouré d’une débauche de miroirs, d’une superposition d’arcades et de colonnes en marbre rouge, la créatrice nous amène sur une promenade autour d’un jardin japonais romantique. L’invitation murmure que les belles trouveront des chevaliers nomades et urbains pour les accompagner… Samouraïs d’une jungle urbaine, néo-amoureux-romantiques, d’un simple regard charbonneux, les messagers affirmeront que l’amour de la tradition rime avec un modernisme sans concession.

Yumi Katsura signe sa différence par un jeu de manches uniques qui se greffe sur chacune de ses créations. Une manche étirée et langoureuse rappelle une enveloppe protectrice, un côté ouvert, l’autre non… La seule arme de Yumi Katsura reste la séduction.

Ici, Yumi Katsura nous dévoile des décolletés sages et des transparences subtiles pour garder un statut chic et élégant. Le vert d’eau, le bleu lavis, le rose nénuphar, le rouge baiser et l’or liquide composent la palette impressionniste de la créatrice. C’est sans compter sur le plissé soleil, la soie et la gabardine de laine qui rappellent les œuvres d’ITO JAKUCHU. La créatrice, formée à la prestigieuse École de le Chambre Syndicale de La Couture Parisienne, ne cesse de piocher les pièces d’un dressing parisien pour les faire basculer outre l’atlantique.

Coup de cœur : les turbans et les couvres chefs de Yumi Katsura.